Étude : les écoles d'ingénieurs rendraient moins sympas

Étude : les écoles d'ingénieurs rendraient moins sympas

 

22 Novembre 2013 | Romain Proton | 1 commentaires

Étude : les écoles d'ingénieurs rendraient moins sympas

En plus de former des professionnels technologiques brillants, les premiers cycles d'ingénieurs ne favoriseraient pas le développement de l'empathie, suggère une nouvelle étude d'une sociologue américain.

 

Erin Cech a sondé 300 étudiants dans 4 universités américaines lors de leur entrée dans un cursus d'ingénieurs, puis 18 mois plus tard après l'obtention de leur diplôme (« undergraduate degree », qui correspondrait en France à une licence).

 


Une capacité de compréhension d'autrui affaiblie

 

Les questions portaient sur des problématiques de responsabilité professionnelle et éthique, l'importance d'évaluer l'impact de son travail, la compréhension de l'utilisation des machines pour les personnes lambda ainsi que leur degré de conscience sociale.

 

« Ces 4 indicateurs ont diminué de manière significative entre leur entrée dans la cursus d'ingénieur et la fin de leur formation », explique Erin Cech. Les deux mesures qui ont sensiblement décliné sont la « compréhension de l'utilisation des machines pour les personnes lamba » et la « compréhension de l'impact de la technologie » , ajoute-t-elle.

 

La sociologue attribue ce changement d'attitude à la nature même des études d'ingénieurs :

 

« Les questions qui ne sont pas de nature technique sont souvent perçues comme non pertinentes lors du processus de résolution d'un problème. Il semble il y avoir très peu de temps ou d'opportunités dans les programmes d'écoles d'ingénieurs pour des discussions non techniques sur la façon dont une conception particulière peut produire des inégalités, par exemple débattre sur la création d'un ordinateur plus rapide, plus technophile et coûteux ou le rendre moins sophistiqué mais mais plus accessible pour les clients. »

 


Une méthodologie d'enquête à nuancer

 

Il y a cependant un certain problème de méthodologie dans cette étude. La sociologue n'a pas sondé un autre groupe d'étudiants de premier cycle dans un autre domaine d'études.

 

Bien que ces résultats soient intrigants, il est difficile d'établir si ce changement de perception sociale est spécifique aux études d'ingénieurs où si c'est un changement qui survient chez tous les étudiants diplômés, lorsqu'ils doivent se débrouiller par eux-mêmes dans une économie concurrentielle.

 

Les avis sur cet article
AlainG
Haha a force de rester le nez dans de la tech' ba on oublie le monde extérieur ça vient peut-être de la...
Par

AlainG

- le 22 Novembre 15h12
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses