Top des 10 des technologies à suivre en 2014

Top des 10 des technologies à suivre en 2014

Le Forum Economique Mondial (World Economic Forum) est une fondation à but non lucratif basée à Genève en Suisse. Fondée en 1971 par Klaus M. Schwab, un professeur d’économie suisse, la fondation se penche sur les problèmes mondiaux liés à l’économie, la santé et l’environnement. Une de leurs publications les plus suivies l’an passé a été la liste des 10 technologies en développement à suivre en 2013. Etant donné le succès de l’opération, ils ont décidé de publier une nouvelle édition de cette liste pour l’année 2014. Leur but est d’aider ces technologies à se développer, ce qui peut parfois être compliqué quand les réglementations ne sont plus adaptées, qu’ils ne reçoivent pas suffisamment d’investissements et que l’opinion publique a une vision erronée de ces technologies.

27 Février 2014 | Romain Proton | 0 commentaire

Top des 10 des technologies à suivre en 2014

 

Découvrez les 10 technologies à suivre en 2014, selon le Forum Economique Mondial.

 

Breaking bad Science Bitch

 

1. Les accessoires intelligents

On connaît déjà les Google Glass, ces lunettes intelligentes qui ont prouvé leur utilité technologique auprès des médecins puisque certains oncologues les ont portées pendant des interventions chirurgicales afin d’avoir accès aux dossiers médicaux des patients par commande vocale.

 

Mais les accessoires intelligents sont encore pleins de promesses : des écouteurs qui contrôlent votre rythme cardiaque, des chaussures à semelle tactile qui communiquent des indications GPS au pied par des vibrations, etc.

 

2. Les composites de carbone nano-structurés

La pollution générée par l’émission de CO2 par les voitures est un véritable problème d’actualité. Les voitures électriques sont une des solutions à ce problème, mais leur utilisation reste encore limitée dans le monde.

 

L’utilisation de composites de carbone nano-structurés dans la conception de voitures a un triple avantage :

  • les voitures sont plus légères, elles consomment donc moins de carburant et polluent moins ;
  • la carrosserie des voitures est beaucoup plus résistante, protégeant mieux les passagers en cas d’accident ;
  • ces composites sont recyclables, ils peuvent donc être réutilisés plusieurs fois.

 

3. La production de métaux à partir de la saumure

L’eau douce devient de plus en plus rare partout sur Terre. Pour remédier à cela, l’une des solutions est de désaliniser l’eau de mer, mais c’est une technique coûteuse et qui a un impact négatif sur la faune marine lorsque la saumure est rejetée en mer.

 

Cependant, des nouveaux processus chimiques d’extraction de métaux pourraient permettre de produire du lithium, du magnésium et même de l’uranium à partir de la saumure. Cela réduirait considérablement les coûts associés à la désalinisation de l’eau.

 

4. Des systèmes de stockage d’électricité à grande échelle

Le plus gros problème posé par l’électricité est que c’est une source d’énergie qui ne peut pas être stockée. Il faut donc constamment s'assurer que la quantité d’électricité produite correspond à la quantité d’électricité nécessaire aux consommateurs.

 

Néanmoins, il semblerait qu’une solution à ce problème soit en cours de développement. Il s’agirait de sortes de piles conçues avec des matériaux tels que le graphène, capables de stocker de l’électricité en grosse quantité.

 

Les piles et batteries de demain

 

5. Des batteries à nano-fils lithium-ion

Les batteries sont des objets très utilisés au quotidien : dans les smartphones, les ordinateurs portables, et même les voitures électriques. Néanmoins, la durée de la charge est relativement basse.

 

Mais cela fera peut-être bientôt partie du passé puisque des chercheurs ont commencé à travailler sur des batteries dont les anodes (les deux extrémités de la batterie qui permettent son chargement) sont faites à partir de nano-fils ou de nanoparticules de silicone. Cela permettrait d’obtenir des batteries dont la charge serait considérablement augmentée et le temps de chargement réduit. Cette technologie pourrait déjà être utilisée dans les smartphones d’ici deux ans.

 

6. L’affichage sans écran

Au cours des dernières années, les écrans ont envahi notre quotidien : télévision, ordinateur, téléphone portable, tablette, etc. Mais la taille de ces écrans peut parfois être problématique puisqu’il faut qu’ils soient assez grands pour que l’on puisse voir ce qu’ils affichent, et en même temps assez petits pour être facilement transportables.

 

Et bien sachez que les écrans seront peut-être bientôt dépassés. En effet, des scientifiques ont travaillé sur une technique d’affichage qui ne nécessite plus l’utilisation d’un écran. L’image serait directement projetée sur votre rétine ! Le concept a déjà rassemblé des fonds sur la plateforme collaborative Kickstarter.

 

7. Les médicaments à base de microbes

Le corps humain héberge plus de 10 000 sortes de microbes, dont certains sont essentiels à notre santé. C’est le cas par exemple de certains microbes que l’on trouve dans la gorge et qui nous permettent à la fois de digérer les aliments et d’ingérer certains nutriments.

 

Du fait que certains antibiotiques détruisent ces microbes et causent des complications parfois fatales, des chercheurs ont commencé à travailler sur l’élaboration de nouveaux médicaments à base de ces mêmes microbes que l’on trouve dans la gorge. Ces médicaments pourraient alors être utilisés pour traiter des maladies telles que l’obésité ou le diabète.

 

8. Les médicaments à base d’ARN

L’ARN (acide ribonucléique), est une molécule présente dans l’organisme et qui se rapproche de l’ADN. L’ARN est surtout utilisé par nos gènes pour produire les protéines dont nos cellules ont besoin.

 

De nouveaux médicaments à base d’ARN pourraient être développés et utilisés pour traiter des maladies graves comme le cancer ou d’autres maladies génétiques. De tels médicaments pourraient réguler le taux de protéine des cellules.

 

9. L’analyse prédictive des données personnelles

Il est devenu de plus en plus facile de récolter des informations sur les habitudes de vie des gens. On peut savoir qui ils connaissent (liste de contacts, réseaux sociaux), avec qui ils parlent (historiques de conversations sur les téléphones et les ordinateurs), où ils vont (GPS, Wi-Fi, photos taguées) et ce qu’ils font (applications utilisées, etc.).

 

Toutes ces informations pourraient être utilisées de diverses manières. Par exemple, cela pourrait permettre de détecter et de prévenir un cas de dépression chez une personne, grâce à l’analyse des habitudes de sommeil et des changements dans ses relations. Autre utilisation possible : la gestion des environnements urbains, pour prévenir par exemple les problèmes de circulation, etc.

 

Interface cerveau-ordinateur

 

10. Des interfaces cerveau-ordinateur

En réalité, les appareils électroniques contrôlés par la pensée existent déjà. Par exemple, des personnes souffrant de tétraplégie ont pu déplacer leur fauteuil roulant par la force de la pensée !

 

De nombreuses expériences sur des souris ont été menées et ont montré des résultats positifs. Ainsi, des chercheurs du MIT ont réussi à implanter dans le cerveau d’une souris un faux souvenir. Sans parler de considérations éthiques, cette méthode pourrait être utilisée chez les personnes souffrant d’amnésie post-traumatique.

 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses