Théorie de la maintenance

Théorie de la maintenance

Théorie de la maintenance
Cours
Julien

Par Julien

Mise à jour le 27-09-2010

Télécharger ce document

→ Téléchargement disponible après inscription

0,00/20

0 Avis > Donne ton avis

444 téléchargements

> Partager !

Extrait du document

La maintenance est aussi ancienne que l’apparition des outils créée par l’Homme, destinés à une fonction précise. Soit pour la production : un boucher doit toujours aiguiser son couteau et l’entretenir contre la rouille pour bien couper la chair. Soit pour le bien-être : nettoyer chez soi, entretenir un bâtiment pour qu’il soit toujours habitable, des moyens de transport, chariot, navire. Soit pour la sécurité : entretenir les toits des maisons avant qu’ils s’effondrent sur ses habitants, les murs de protection contre des intempéries ou des ennemis…
La maintenance a pris une autre ampleur avec l’apparition des machines dans l’industrie et dans le domaine des transports. Les mécanismes sont devenus plus complexes et une connaissance approfondie des systèmes et devenue nécessaire pour maintenir les machines en bon état. Cela a poussé les industries à séparer les activités de production de celles de l’entretien et de maintenance.

> Retrouvez tous les exposés de Physique et Mécanique.

 

> Mais également tous les cours de Physique et Mécanique.

 

Plan du document :

 

I. Introduction

 

II. Un peu d'histoire

 

III. Pourquoi la maintenance

 

IV. Les types de maintenance

1. La maintenance curative

2. La maintenance préventive

3. La maintenance prédictive

4. La maintenance proactive

 

V. Le coût de maintenance

 

VI. Méthode et technologie

 

VII. Gestion de la maintenance

1. L'indicateur

2. Les outils de gestion de maintenance

3. La maintenance intelligente

 

Conclusion

 

 

 

I. Introduction

La maintenance, un mot qui ne plait pas souvent au producteur, une activité sans production, mais obligatoire avec des dépenses parfois gigantesques. En effet, elle consiste seulement à remttre les machines et les lignes de production en un état qui leur permet de produire de façon optimale. 

 

Les questions qui se posent : 

• Est-elle vraiment nécessaire ? 

• Existe-t-il une méthode unique normalisée pour l'effectuer ? 

• Comment s'y prendre ? 

• Peut-on diminuer les coûts ? 

• Quels sont les paramètres qui entrent en jeu ? 

• Quel est son impact sur la production ? 

 

Toutes ces questions et d'autres, ont permis à la maintenance de se développer et d'être étudiées comme un secteur à part entière ces dernières années. Des termes ont été définis : fiabilité, disponibilité, maintenabilité ... de soutils informatiques, ont été développés, GMAO, système expert, des programmes insérés dans les PLC ... des méthodes ainsi que l'instrumentation utilisée, analyse vibratoire, endoscopie, thermographie, capteurs intelligents, caméras ... 

 

 

II. Un peu d'histoire

La maintenance est aussi ancienne que l'apparition des outils créée par l'Homme, destinés à une fonction précise. Soit pour la production : un boucher doit toujours aiguiser son couteau et l'entretenir contre la rouille pour bien couper la chair. Soit pour le bien-être : nettoyer chez soi, entretenir un bâtiment pour qu'il soit toujours habitable, des moyens de transport, chariot, navire. Soit pour la sécurité : entretenir les toits des maisons avant qu'ils s'effondrent sur ses habitants, les murs de protection contre des intempéries ou des ennemis ... 

 

La maintenance a pris une autre ampleur avec l'apparition des machines dans l'industrie et dans le domaine des transports. Les mécanismes sont devenus plus complexes et une connaissance approfondie des systèmes et devenue nécessaire pour maintenir les machines en bon état. Cela a poussé les industries à séparer les activités de production de celles de l'entretien et de maintenance. 

 

 → Cette partie est entièrement disponible sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

III. Pourquoi la maintenance

La matière, dans n'importe quel état (solide, liquide ou gazeux), subissant des contraintes est soumise aux phénomènes d'usure, fatigue, rupture... en général, elle perd ses propriétes initiales pour lesquelles elle avait été sélectionnée. 

 

Les caractéristiques des matières ont évolué pour mieux résister (acier dur, matières composites, les huiles spéciales ...). L'idéal, est d'obtenir une matière qui résiste indéfiniment et dans n'import quelles conditions. Les recherches se poursuivent, mais en attendant, la production se poursuit avec des matières plus ou moins résistantes. Inévitablement, la matière perd ses performances, le composant ne remplit pas sa fonction correctement, d'où l'obligation de le changer ou de le rectifier. Le but est de maintenir l'ensemble des composants qui consistituent un mécanisme en état de fonctionner d'une façon optimale, ce qu'on appelle  « la maintenance ».

 

 

IV. Les types de maintenance

Comme définie plus haut, la maintenance consiste à assurer le fonctionnement d'une machine le plus longtemps possible. Quatre types de maintenance ont été définis selon leur apparition au fil du temps : 

 

 → Cette partie est entièrement disponible sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

V. Le coût de maintenance

La maintenance épuise une partie non négligable des bénéfices générés par la production d'une machine. Ce coût dépend de plusieurs facteurs : 

• la complexité de la machine : plus la machine est complexe, plus elle demande des agents experts et des composants chers 

• la fréquence des pannes, 

• La priorité de la machine. Si la machine est principale pour la production (exp : une machine-outil dans une usine de production de pièces usinées) son arrêt signifie une perte de production, par contre une machine secondaire (exp : une climatisation dans la même usine) n'affecte pas la production. 

• Une maintenance préventive excessive. Ceci implique des remplacements de pièces toujours en bon état qui peuvent encore fonctionner normalement. 

 

 → Cette partie est entièrement disponible sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

VI. Méthode et technologie

Pour la maintenance curative, aucune méthode spécifique n'est définie. L'amélioration de la technologie se limite au montage démontage rapide, sachant que dans le domaine de production, cette technologie a connu une grande évolution (changement rapide d’outils dans un centre d’usinage, changement de produit, etc.…)

Alors qu'une maintenance préventive nécessite au minimum la mise en place d'une base de données contenant les temps de fonctionnement moyen de chaque pièce incluse dans le programme de maintenance et définir les délais des interventions systématiques de lubrification.

 

Dans le cadre d'une maintenance prédictive, plusieurs étapes sont nécessaires. Il faut dans un premier temps analyser de façon approfondie la structure du système, afin d'optimiser le nombre et le positionnement des capteurs requis. Cette phase demande des connaissances techniques et théoriques très spécifiques, et le plus souvent l'intervention d'un laboratoire de recherche spécialisé dans ce domaine. Puis, les capteurs adaptés aux pièces à surveiller (capteurs de température, de courant, de vibrations, de son, etc.) doivent être montés sur l'installation et relier à un système informatique de supervision, système adapté aux caractéristiques de chaque capteur présent sur le réseau ainsi formé. Ce système joue le rôle d'interface entre les résultats de la surveillance effectuée et un opérateur de maintenance. Il doit également être capable d'auto décision dans certains cas (arrêt d'urgence du système), lorsqu'une intervention humaine risque d'être trop lente pour assurer une sécurité minimale.

 

 

VII. Gestion de la maintenance

Avec la complexité des sytèmes de production, les enjeux économiques, les différents services d'une société et le nombre du personnel. Un flux énorme d'information arrive au service de maintenance. Une mauvaise gestion de ces informations conduuit à des conflits de responsabilité, des retards d'exécution et des pertes de temps et d'argent. 

Pour une bonne gestion, on doit savoir mesurer ce qu'on gère. Comme le Lord Kelvin a dit « Si vous pouvez mesurer ce dont vous parlez, et l’exprimer en nombres, vous savez quelque chose ; dans le cas contraire, votre savoir est d’un genre éthique et déficient. ». Après il faut trouver des solutions et faire le meilleur choix.

 

 → Cette partie est entièrement disponible sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

Conclusion

Les conclusions que je peux avancer sur cette synthèse sont : 

la maintenance est acutellement en plein développement, du côté technique et gestions. 

• plusieurs disciplines de haut niveau sont utilisées dans le domaine de la maintenance, sachant qu'elle était monopolisée par les agents du terrain. 

• Pour ce qui concerne la maintenance intelligente, actuellement des recherches se poursuivent sur la création de base de données des ystèmes depuis leur conception c'est come si on crée un livret médical au système depuis sa naissance ceci permettra de pousser la recherche des diagnostique en avant. 

• Par contre, une formation en maintenance pour tous les ingénieurs deviendra nécessaire d'ici quelques années si on veut suivre les évolutions techniques. 

 

 

.

Télécharger ce document

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis
Votre commentaire a bien été ajouté. Merci de votre participation !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.
Le formulaire n'est pas valide. Vérifiez le commentaire et le captcha.


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses