Curiosity, tout ne fait que commencer

Curiosity, tout ne fait que commencer

06 Aout 2012 | Romain Proton | 0 commentaire

Curiosity, tout ne fait que commencer

Curiosity, tout ne fait que commencer


Dans un précédent article nous vous parlions du robot Curiosity, un concentré de technologie que la NASA était en train d’envoyer sur Mars. Il s’agit du plus gros robot envoyé sur une planète aussi lointaine ! Avec plus de 900 kilos et 3 mètres de longueur, c’est la taille d’une petite voiture qui se retrouve sur la planète rouge. Mais tout le problème est là !

L’atterrissage d’un robot aussi lourd à une distance aussi lointaine sans possibilité de le contrôler, tout en recevant les informations du robot en décalage en raison du temps de transmission  était une des missions les plus risquées pour les ingénieurs de la Nasa. En effet il fallait prévoir et programmer le robot pour qu’il puisse se poser de lui-même sur Mars ; après 8 mois de voyage dans l’espace et 567 millions de kilomètres parcourus. Cela a nécessité plus de 500 000 lignes de code aux ingénieurs de la NASA pour mener à bien la mission.


La descente sur Mars

Le vaisseau arrive à 125 km de la planète à une vitesse de 21 240 km/h, il prépare son approche en réalisant des virages pour réduire sa vitesse. Puis c’est un parachute de 21 mètres de diamètre qui est déployé pour ralentir la descente du vaisseau dès que sa vitesse se situera en dessous de 1600 km/h, le plus gros parachute supersonique jamais utilisé.

À 1600 mètres du sol le vaisseau largue le support spécial qui permet de déposer le robot sur la planète. A l’aide de 8 rétros fusées, le robot est amené à une dizaine de mètres du sol.  C’est la qu’une grue aéroportée le dépose sur le sol, le plus délicatement possible, à une vitesse de 2,4 km/h.


Une petite erreur peut coûter 2,5 milliards de dollars

Il suffit d’une simple erreur, d’un mauvais calcul, ou quoi que ce soit pour faire rater le largage du robot, ce qui mettrait à mal toute la mission, qui est évaluée à 2,5 milliards de dollars. Dans 60 % des cas, l’atterrissage échoue à cause de la faible densité de l’atmosphère martienne. Mais rassurez-vous, l’atterrissage a eu lieu aujourd’hui dans de parfaites conditions.

A 7h31 le robot touchait le sol martien après une descente sous tension de 7 minutes, dans la salle de contrôle c’est la joie ! Les scientifiques ne s’arrêtent plus d’applaudir et de se féliciter.

Le robot va pouvoir commencer son travail mais avant il faut déterminer son état général même si celui-ci semble normal.  Dans la salle de contrôle un responsable de la mission distribue des barres Mars, l’humour et la joie sont à leur comble, un mars et ça repart !

A 8H le président Obama prenait la parole pour se féliciter de l’opération menée par la Nasa et de sa réussite.  Maintenant l’opération ne fait que commencer, le robot a une mission de deux ans sur Mars, son rôle est de découvrir s’il y a eu de la vie sur la planète, ce qui indiquerait que nous ne sommes pas seuls dans l’univers.

Pour cela le robot est capable d’analyser les roches, de percer, et de détecter certains gaz, comme le méthane qui est souvent synonyme de présence de vie. Tout reste donc à découvrir pour ce robot d’une tonne, seul sur la planète rouge. Mais peut-être y aura-t-il bientôt des hommes pour lui tenir compagnie ?

digiSchool a selectionné pour vous
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses