L'alternance en école d'ingénieurs

L'alternance en école d'ingénieurs

 

27 Novembre 2013 | Romain Proton | 1 commentaires

ingenieur alternance

Les contrats de professionnalisation et surtout d’apprentissage sont de plus en plus proposés au sein des formations d’ingénieurs. Voici le guide de l'ingénieur en alternance, pour savoir si ce parcours est fait pour vous. 

 

Ingénieur en alternance, c’est quoi ?

 

L’alternance, c’est la succession de périodes en entreprise et sur les bancs de l’école ou de l’université, sous statut salarié et non plus étudiant, et ça change tout ! Il existe deux façons de la pratiquer:

 

  • La plus courante, pour les étudiants ingénieurs, est le contrat d’apprentissage, en entreprise publique ou privée et dans le cadre d’un centre de formation d’apprenti (CFA). Destiné aux 16 - 25 ans et encadré par un maître d’apprentissage, le salaire des apprentis va de 25 à 78 % du SMIC, pour une durée de 1 à 3 ans.

 

  • Le contrat de professionnalisation pour les élèves ingénieurs. C’est aussi un contrat de travail, d’une durée de 6 à 24 mois et sous tutorat. Réservé aux entreprises privées, il s’adresse aux 16 - 25 ans, et est payé 55 à 80 % du SMIC.

 

Dans les deux cas, le rythme d’alternance est très variable : de 2 jours / 3 jours à une quinzaine. Une période prolongée, de 3 à 6 mois, clôt le cycle de formation.

 


L’alternance en plein essor dans les formations d’ingénieurs

 

L’apprentissage a été introduit en 1989 dans les formations d’ingénieurs. Les ex-apprentis y sont aujourd’hui 12% parmi les moins de 30 ans[1]. La plupart des 226 écoles d'ingénieurs se tourne en effet vers l’alternance.

 

Plusieurs écoles post bac + 2 proposent celles-ci sur l’ensemble du cursus. C’est le cas pour certaines des 75 formations d'ingénieurs en partenariat (FIP) ou pour CFA Ingénieurs 2000.

 

Les écoles dont les effectifs sont issus de CGPE (classes préparatoires aux grandes écoles) proposent généralement cette filière en 2ème ou 3ème année. La sélection est la même que pour les formations classiques, le choix du cursus se faisant une fois dans l’école.

 

Quelques absents notoires pour le moment : les écoles les plus prestigieuses (Polytechnique, Les Mines, Centrale…).

 

A la fac, un nombre croissant de masters pros est accessible par ce biais. L’UMPC (ex-Paris 6) possède ainsi son propre CFA intégré, qui forme en cinq ans des ingénieurs, issus souvent de filières technologiques, au travers de sa filière Polytech’Paris UPMC.

 


 

 

L’alternance : quels profils d’élèves ingénieurs ?

 

Les plus en pointe dans le domaine sont les filières accueillant bacheliers technologiques ou sortants de BTS et DUT. Des diplômés plus mûrs que leurs condisciples issus de prépas et bénéficiant souvent déjà d’une expérience en entreprise.

 

Quelle que soit l’origine scolaire, le choix de l’alternance implique une forte motivation. Sous statut salarié, il est impératif de respecter horaires et rythme de travail (finies les vacances à rallonge des étudiants !). Pour un programme similaire en tous points à celui du cursus classique : prévoir soirs et week-ends pour bûcher ses cours

 

En contrepartie, l’alternance entraîne des satisfactions sans commune mesure avec les simples stages : application directe sur le terrain des connaissances acquises, possibilité de s’investir dans des projets à responsabilités...

 

Les entreprises ne s’y trompent pas, et embauchent généralement leurs apprentis à peine leur diplôme en poche (parfois même avant).

 

digiSchool a selectionné pour vous
Les avis sur cet article
AlainG
C'est une super solution l'alternance ça permet d'avoir un pied dans le monde pro et d'être quasiment certain de trouver du boulot à la sortie
Par

AlainG

- le 29 Novembre 12h01
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses