Tout n'est pas parfait pour les ingénieurs chez Google

Tout n'est pas parfait pour les ingénieurs chez Google

 

06 Novembre 2013 | Romain Proton | 1 commentaires

Tout n'est pas parfait pour les ingénieurs chez Google

Avec ses méthodes de management hors normes, son cadre de travail utopique et son caractère terriblement cool propre aux starts-ups de la Silicon Valley, Google est sans doute l'une des entreprises qui fait le plus rêver les jeunes diplômés.

 

Entre des employés chouchoutés et la formation d'une véritable élite de l'internet, le géant du web attire les meilleurs cerveaux à la sortie des prestigieuses universités et règne sans partage sur le monopole de l'entreprise la plus flexible et la plus propice au développement personnel.

 

Cependant, malgré les commentaires dithyrambiques sur les conditions incroyables de travail chez Google, il est évident qu'aucune entreprise, aussi jeune et ouverte qu'elle soit, ne connaisse aucun défaut.

 


Les employés témoignent

 

Le site communautaire américain de questions/réponses Quora a reçu hier de nombreux témoignages d'employés ou d’anciennes recrues chez Google qui répondaient à la question « Quel est le pire aspect du travail chez Google ? ».

 

Et ce n'est pas sans surprise que les critiques émises décrivent une entreprise qui à force de vouloir concilier un état d'esprit unique qui a fait sa réussite et la gestion de 30 000 employés de moins en moins singularisés, les salariés de la firme ont de plus en plus de mal à se sentir valorisés dans leur travail.

 

 


Des salariés sur-qualifiés

 

Le point récurrent des témoignages est la dénonciation de la surqualification des employés. Google a adopté depuis plusieurs années une politique d'embauche très restrictive qui privilégie les profils hors normes et vecteurs d'excellence. Autrement dit, Google ne recrute que les meilleurs. Et ceux-ci se retrouvent à des postes avec des responsabilités moindres.

 

Des étudiants diplômés des meilleurs universités américaines se retrouvent à travailler au support de maintenance des produits Google Ads, jouent les modérateurs sur Youtube ou écrivent des lignes de codes pour les fonctions basiques d'un site.

 

De ce fait, il est difficile d'obtenir des promotions car la personne au-dessus de vous a elle-aussi une formation supérieure prestigieuse et d'excellentes compétences. Lorsque tous les employés sont performants mais que les tâches qu'ils effectuent ne le sont pas, il est particulièrement difficile de se différencier.

 

 


Un travail quotidien surestimé

 

De nombreux témoignages révèlent aussi le caractère répétitif voir ennuyeux des tâches attribués aux employés. Pour des personnes ambitieuses qui ont réussi à passer les standards d'embauche de Google, il est difficile de connaître un sentiment d'accomplissement lorsqu'un contraste important se crée entre vos compétences et votre quotidien.

 

Enfin, certaines personnes régressent en travaillant longtemps chez Google. En effet, devenir habitué à ne pas exploiter toutes ses capacités tout en travaillant dans un cadre détendu et un environnement idéal ne favorise pas le développement personnel à long-terme.

 

En conclusion, un grand nombre d'employés Google sont les meilleurs spécialistes mondiaux dans leur branche et leur potentiel n'est pas entièrement exploité. Présenter une expérience chez Google comme la plus grande opportunité dans une carrière est alors à remettre en perspective.

 

Mais s'il y a bien un chose qui revient de manière récurrente dans les nombreux témoignages, c'est que Google reste sans doute l'environnement de travail le plus agréable qui existe, et le plus grand melting-pot d'intelligences.

 

digiSchool a selectionné pour vous
Les avis sur cet article
romain258
Evidemment que tous n'est pas parfait les gens idéalisent trop. C"est une concentration de talents non exploité Google en fait.
Par

romain258

- le 26 Novembre 10h26
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses