Ecoles d'ingénieurs recherchent femmes désespéremment

Ecoles d'ingénieurs recherchent femmes désespéremment

11 Mars 2014 | Romain Proton | 0 commentaire

Ecoles d'ingénieurs recherchent femmes désespéremment

L’ingénierie souffre du manque de femmes dans ses corps de métiers.

Les femmes ingénieures sont clairement sous-représentées dans le monde professionnel de l’ingénierie, malgré des écoles et une industrie demandeuses, qui tentent depuis quelques années de séduire et de rallier la gente féminine à leur cause.

 

Seulement 18 % des postes d’ingénieurs étaient occupés par des femmes en 2013, avec une très faible part d’emplois féminins dans le secteur de l’industrie. C’est pourtant un secteur qui cherche à recruter des femmes ingénieures. Aujourd’hui, la mixité dans l’industrie et dans les autres domaines de l’ingénierie est en effet recherchée : elle est considérée comme un facteur d’innovation et de compétitivité efficace.

 

Mais le public féminin reste encore trop rare dans ces branches professionnelles, les femmes ne candidatent que trop peu, malgré des compétences solides et avérées.  Les stéréotypes liés au monde des ingénieurs sont encore tenaces et semblent annihiler les mesures mises en place par le secteur pour recruter des femmes ingénieures.

 

Proportion de femmes ingénieures par spécialité : 

  • Agronomie, sciences de la vie, agroalimentaire : 44% de femmes.
  • Chimie génie des procédés : 36%.
  • Stic : 11%.
  • Electrotechnique, automatique, électricité : 9%.
  • Génie civil, BTP, mines, géologie : 16%.
  • Mécanique, production, productique : 9%.
  • Physique, matériaux, énergétique : 22%.
  • Economie, gestion finances, audit : 22%.
  • Généraliste : 15%.
  • Autres (bois, textile, eau, environnement) : 31%.
  • TOTAL : 18% de femmes. 
Sources : Ingénieurs 2013, 24e enquête d’Ingénieurs et scientifiques de France (CNISF) et Insee 2013
Femmes ingénieurs

Des écoles qui encouragent très fortement la mixité.

Les grandes écoles tentent de mettre en place des mesures pour favoriser l’intégration de jeunes étudiantes dans leurs programmes.  

 

L’école centrale de Paris et l’INSA de Lyon sont deux écoles qui misent beaucoup sur un public féminin potentiel. Les deux écoles démarchent d’ailleurs les jeunes filles dès le lycée, pour établir un dialogue avec celles qui seraient tentées par des études d’ingénieurs mais se figurent que c’est un métier exclusivement réservé aux hommes.

 

L’école centrale met d’ailleurs en place un site internet : mademoisellefaitcentrale.com, un blog tenu par une élève-ingénieure, racontant son quotidien et ses expériences dans ce cadre d’étude. L’école INSA de Lyon est elle aussi très attaché à son objectif parité. Elle met au point un service de marrainage pour les étudiantes du premier cycle, afin qu’elles puissent rencontrer des professionnelles du métier et mieux se projeter dans une vie de future ingénieure. 

 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses