Charpente Métallique

Charpente Métallique

Charpente Métallique
Cours
wissem.taktak

Par wissem.taktak

Mise à jour le 20-06-2012

Télécharger ce document

→ Téléchargement disponible après inscription

14,00/20

6 Avis > Donne ton avis

6037 téléchargements

> Partager !

Extrait du document

 

Plan du document :

 

 

Généralités

 

Terminologie

 

Généralités sur les charges et surcharges réglementaires

 

Actions du vent sur les constructions courantes à base rectangulaire (méthode simplifiée)

 

Actions de la neige sur les constructions

 

Etude des éléments flechis

 

Les phénomènes d'instabilité élastique

 

Les assemblages en construction métallique

 

Les assemblages soudes

 

Protection et entretien

 

 

 

 

 

Généralités

 

 

Jusqu’à 1993, la conception et le calcul des constructions métalliques étaient régis par différentes réglementations :

• Les règles de calcul des constructions en acier, dites règles CM 66

• Le titre V du fasicule 61 du cahier des prescriptions communes 

• Les normes NF 

• L'affitif 80 

 

Depuis 1993, une nouvelle réglementation européenne est entrée en vigueur et impose, en remplacement de ces divers et précédents textes, un code unique : l’Eurocode 3.

 

 

Avantages de la construction métallique : 

 

• Resistance mécanique : la sesistance élevée à la traction permettant des portées et hauteurs importantes ; possibilité d'adaptation plastique pour une plus grande sécurité

• Industrialisation totale : préfabrication d'un bâtiment en atelier et montage sur chantier 

• Transport aisé grâce au poids peu élevé 

• Possibilité de modification et de recyclage d'un bâtiment

 

 

Inconvénients : 

 

• Prix élevé (concurrentiel avec le béton armé pour les grandes portées)

• Mauvaise tenue en feu ce qui implique des mesures de protection onéreuses 

• Entretien régulier du à la corrosion du métal 

 

 

 

 

 L'acier 

 

L’acier est essentiellement une combinaison de fer et de carbone. On ne le retrouve pas à l’état naturel ; il résulte d’une transformation de matière première tirée du sol. Les conditions matérielles de cette transformation entraîne dans sa composition la présence, en très faibles proportions, d’autres éléments (phosphore, souffre) considérés comme impuretés. Suivant la qualité de l’acier que l’on veut obtenir, il est possible d’abaisser le pourcentage de ces impuretés au cours de l’élaboration.

Mais l’acier peut également contenir d’autres éléments (silicium, manganèse, chrome, nikel, tungstène…) introduits volontairement en vue de modifier sa composition chimique et par suite ses caractéristiques physiques et mécaniques.

Les éléments additionnés permettent d’obtenir des qualités différentes classées sous forme de « nuance ».

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

Terminologie

 

 

Définitions :

 

Aiguille : Tige ou barre travaillant à la traction et supportant en son centre le tirant de certaines fermes

Appenti : Toiture à une seule pente adossée à un mur ou à un bâtiment par son bord supérieur (faîtage) et dont le bord inférieur est soutenu par une sablière ou des poteaux.

Arbalétrier : Membrure supérieure de la poutre triangulée appelée ferme qui, dans un comble, supporte les pannes et les autres éléments de la toiture.

Arêtier : Pièce de charpente placée sous l’arête ( intersection de 2 versants) et sur laquelle s’assemblent les autres éléments de la charpente.

Auvent : Partie de la toiture d’une halle débordant largement à l’extérieur de la ligne des poteaux supports.

Brisure : Changement de direction affectant une barre dans un système de construction quelconque.

Chéneau : Canal disposé en bas de pente des toitures et servant à recueillir les eaux de pluie et à les diriger vers les tuyaux de descente.

Comble : Partie supérieure (faîte) d’un bâtiment. Volume situé sous les versants de la toiture. 

Croupe : Versant de toiture permettant de renvoyer les eaux sur les chéneaux ou les gouttières implantés sur toute la périphérie d’un bâtiment.

Contreventements : Dispositif assurant la stabilité d’un bâtiment, d’une ossature et s’opposant à la déformation, au déversement ou au renversement des constructions sous l’action de forces horizontales

Diagonale : Barre placée en diagonale dans les panneaux d’une poutre en treillis ou d’une construction triangulée en général.

Echantignolle : Sorte d’équerre en fer plat plié servant à assujettir une panne sur un arbalétrier.

Empannons : Pièce destinée à diviser en plusieurs portées intermédiaires l’intervalle entre 2 fermes, de manière à réduire la section des pannes.

Entrait : Membrure inférieure d’une ferme dans un comble à deux ou plusieurs pentes.

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

 

 

Généralités sur les charges et surcharges réglementaires

 

 

 Etats limites 

 

Les états limites sont des états au-delà desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de performance pour lesquelles elle a été conçue. Les états limites sont classés en : états limites ultimes /états limites de service. 

 

Les états limites ultimes sont associés à la ruine par déformation excessive, rupture, ou perte de stabilité de la structure ou d’une de ses partie, y compris les appuis et les fondations.

 

Les états limites de service correspondent aux états au delà desquels les critères spécifiés d’exploitation ne sont plus satisfait, on distingue :

• Les déformations ou flèches affectant l'aspect ou l'exploitation efficace de la construction (y compris le fonctionnement des machines ou des services) ou provoquant des dommages aux finitions ou aux éléments non structuraux 

• Les vibrations incommodant les occupants, endommageant le bâtiment ou son contenu, ou limitant son efficacité fonctionnelle. 

 

 

 

 Actions 

 

Une action (F) est : 

  • • une force (charge) appliquée ) à la structure (action directe) ou 
  • • une déformation imposée (action indirecte). Exemple : effets thermiques ou déplacements d'appui. 

 

Les actions sont classées : (en fonction de leur variation dans le temps) : 

  • • actions permanentes (G), telles que poids propre des structures et équipements fixes 
  • • actions variables (Q); telles que charges d'exploitation, action du vente ou de la neige
  • • action accidentelles (A) telle que explosions ou chocs de véhicules 

 

 

 

Dispositions des charges et cas de charges 

 

  • • Une disposition des charges est déterminée en fixant la position, le niveau d'intensité et la direction d'une action libree
  • • Un cas de charge est déterminé en fixant des dispositions compatibles des charges et l'ensemble des déormations et des imperfections à considérer pour une vérification donnée. 

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

 

Actions du vent sur les constructions courantes à base rectangulaire (méthode simplifiée)

 

 

 

• La construction est constituée par un bloc unique, ou des blocs accolés à toiture unique. 

• La base au niveau du sol est un rectangle de longueur (a) et de largeur (b)

• La hauteur (h), différence entre le niveau de la base de la construction et le niveau de la crête de la toiture, est inférieur ou égal à 30 m. 

• Les dimensions doivent obligatoirement respecter des conditions 

• La couverture est : * Soit une toiture-terrasse * soit une toiture unique de hauteur f à un ou deux versants plans inclinés au plus de 40° sur l'horizontale * soit une voûte dont le plan tangeant à la naissance des directrices de la voûte est insclinée au plus de 40° et au moins 20° sur l'horizontale. 

• Les parois verticales doivent : * reposer directement sur le sol * être planes dans décrochements * présenter une perméabilité 

• La construction doit être située sur un terrain sensiblement horizontal dans un grand périmètre

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

Actions de la neige sur les constructions

 

Le calcul des actions de la neige sur les constructions consiste à définir les valeurs représentatives de la charge de neige sur toute surface située au-dessus du sol et soumise à l’accumulation de la neige, et notamment sur les toitures.

 

 

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

 

Etude des éléments flechis

 

 

Les sollicitations dans une structure isostatique sont obtenues en utilisant les équations de la statique.

 

Dans une structure hyperstatique, les sollicitations peuvent, en général, être déterminées par l’une des méthodes d’analyse suivantes :

• Analyse globale élastique 

• Analyse globale plastique 

 

L'analyse globale élastique peut être utilisée dans tous les cas. 

Diverses conditions doivent être respectées pouir que l'analyse plastique soit envisageable. 

 

• L'acier doit avoir une limite de rupture supérieure d'au moins 20% à la limite d'élasticité, un allongement à rupture d'au moins 15% et une déformation plastique ultime supérieure à 20 fois la déformation élastique : tous les aciers usuels de construction métalliques satisfont ces conditions sans difficulté. 

• Les sections transversales des éléments au droit et dans le voisinage des rotules plastiques doivent être de Classe 1 de façon à pouvoir développer, sans risque de voilement local, les déformations plastiques attendues, tout en équilibrant les sollicitations correspondant à leur capacité plastique.

• Les assemblages au droit et dans le voisinage des rotules plastiques doivent présenter une capacité de déformation équivalente à celle de l'élément attaché ou, à défaut, présenter une capacité résistante supérieur d'au moins 20% par rapport à celle de cet élément. 

• Les tronçons affectés par les plastifications doivent comporter un maintien latéral contre le déversement à la fois au droit et de la part et d'autre de leurs sections plastifiées. Peu d'ossatures courantes réunissent ces différentes caractéristiques et, de ce fait, le calcul en élasticité est le plus souvent suffisant pour les optimiser, notamment quand elles sont constituées d'éléments en I qui, par la géométrie de leur section transversale, offrent déjà en élasticité un très bon rendement en flexion. 

 

 

Classification des sections transversales 

 

Les sections transversales sont répertoriées en 4 classes par l'EC.3. 
Ce classement est effectué selon des critères divers : 

  • • élancements des parois
  • • résistance de calcul 
  • • capacité de rotation plastique 
  • • risque de voilement local, etc ... 

 

Le fait de déterminer la classe d'une section permet d'avoir des renseignements sur son comportement et sa résistance, et donc permet de choisir la méthode de calcul adptée. 

 

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

 

 

Les phénomènes d'instabilité élastique

 

 

Le calcul d'une structure exige que, sous toutes les combinaisons d'actions possibles, définies réglementairement, la stabilité reste assurée. Il s'agit donc de vérifier que les contraintes et les déformations restent en dessous des limites admissibles. 

• Dans le cas des petites déformations, il suffit simplement de vérifier que les contraintes restent inférieures à la contrainte de ruine

• Dans le cas des grandes déformations, il faut vérifier : * le flambement : phénomène très dangereux, il affecte les pièces simplement comprimées ainsi que les pièces comprimées et fléchies. * Le déversement : moins dangereux, il affecte les semelles comprimées des pièces fléchies * le voilement : de moindre importance, il affecte les âmes des pièces 

 

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

 

Les assemblages en construction métallique

 

 

Une structure métallique est un ensemble de pièces individuelles assemblées. 

Il existe deux possibilités d'assemblage : 

  • • Assemblage des pièces bout à bout 
  • • Assemblage de pièces concourantes 

 

Le rôle d'un assemblage est : 

  • • Réunir et solidariser plusieurs pièces entre elles 
  • • Assurer la répartition et la transmission des diverses sollicitations entre les pièces assemblées sans générer des sollicitations parasites 

 

 

 Fonctionnement des assemblages 

 

1. Fonctionnement par obstacle : C'est le cas des boulons ordinaires, non précontraint, dont les tiges reprennent les efforts et fonctionnent en cisaillement. 

 

2. Fonctionnement par adhérence des pièces assemblées : Dans ce cask, la transmission des efforts s'opère par adhérence des surfaces des pièces en contact. Cela concerne le soudage, le collage, le boulonnage par boulons HR. 

 

3. Fonctionnement mixte : C'est le cas du rivetage (et dans les cas extrêmes des boulons HR), à savoir que les rivets assurent la transmission des efforts par adhérence des pièces jusq'uà une certaine limite, qui lorsqu'elle est dépasée, fait intervenir les rivets par obstacle, au cisaillement. 

 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

 

Les assemblages soudes

 

 

Le soudage est un procédé qui permet d'assember des pièces par liaison intime de la matière, obtenue par fusion ou plastification. 

 

Le soudage présente, par rapport au boulonnage, plusieurs avantages : 

  • • Il assure la continuuité de matière, et , de ce fait, garantit une bonne transmission des sollicitations 
  • • Il dispense de pièces secondaires (goussets, attaches,etc ...)
  • • Il est de moindre encombrement et plus esthétique que le boulonnage 

 

En revanche, il présente divers inconvénients : 

  • • Le métal de base doit être soudable 
  • • Le contrôle des soudures est nécessaire et onéreux
  • • Le contrôle des soudeurs est aléatoire 
  • • Le soudage exige une main-d'oeuvre qualifiée et un matériel spécifique. 

 

 


Procédés de soudage : 

 

On peut citer : 

  • • procédé par pression 
  • • procédé par résistance électrique 
  • • procédé par friction 
  • • procédé chimique au chalumeau oxyacéthylénique 
  • • procédé au LAZER 
  • • procédé par bonbardement électronique 
  • • procédé à l'arc au PLAZMA 
  • • procédé à l'arc éléctrique 

 

 

Procédé chimique au chalumeau oxyacéthylénique 

 

Il utilise la combustion d’oxygène et d’acétylène, à une température d’environ 3000°C, le métal d’apport étant fourni par des baguettes d’acier fusibles, ce procédé est peu utilisé en construction métallique, car il est plus onéreux que les procédés à l’arc pour des sections d’acier épaisses.

 

 

Procédés à l'arc électrique 

 

Ce sont les procédés les plus couramment utilisés en construction métallique. 

 

 

 

  → Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement 

 

 

 

Protection et entretien

 

 

L'acier tend à se dégrader superficiellement lorsqu'il est soumis à des milieux corrosifs : atmosphères humides, condensation, eaux et sols. La rouille est donc devenue la terreur des maîtres d'oeuvre... et des maîtres d'ouvrage. Pourtant, les précautions prises à la conception et à la réalisation des éléments en acier permettent de la prévenir totalement... lorsque le risque existe! Dans la plupart des cas, il faut le protéger ou utiliser une nuance assurant son autoprotection. L'acier entre dans les constructions métalliques sous des formes différentes qui ne seront pas protégées de la même façon (profilés laminés à chaud pour les ossatures, tôles formées à froid pour les éléments plans: façades, couvertures, planchers, équipements). De plus, tous ces produits ne seront pas soumis aux mêmes agressions et les taux de corrosion ne sont pas identiques dans toutes les atmosphères.

 

Pour l'acier, la forme de corrosion la plus courante est la corrosion uniforme, ou généralisée, qui se traduit par la formation de rouille. Ce produit, composé d'oxydes plus ou moins hydratés, ne se forme qu'en présence d'oxygène et d'eau à température ordinaire. Cette corrosion est dite aqueuse et c'est la forme la plus fréquemment rencontrée en construction métallique. 

D'autres formes de corrosion peuvent se manifester dans des conditions particulières : corrosion localisée, corrosion sous contrainte, corrosion à haute température ...

 

 

 

Préparation de la surface de l'acier 

 

La bonne préparation de la surface de l'acier est d'une importance capitale pour obtenir un système de protection efficace.

Les deux facteurs principaux dans le traitement préalable des surfaces sont la propreté et la rugosité. 

 

 

Propreté de surface 

 

 Le profilé, ou la tôle, d'acier sortant du laminoir est généralement recouvert d'une couche de calamine bleu foncé. Pendant le stockage à l'air libre, la calamine se transforme progressivement en rouille; celle-ci s'écaille peu à peu, découvrant l'acier sous-jacent. Certains procédés de laminage évitent la formation de calamine, tel le laminage thermomécanique des tôles. 

 

Les différents procédés de protection contre la corrosion, sont : 

• Galvanisation à chaud

• Zingage électrolytique 

• Mise en peinture 

• Métallisation par projection suivie de mise en peinture

• Galvanisation à chaud suivie de mise en peinture

 

Il existe des spécifications techniques particulières pour les préparations de surface par grattage, piquage et brossage, jusqu'à élimination de la calamine et de la rouille. Ces opérations peuivent se faire au burin pneumatique, au pistolet à aiguilles pneumatique ou à la brosse métalique rotative, électrique ou pneumatique. Le degré de soin de décapage correspondant à ces techniques s'apprécie par référence à la norme française NF E 05-501 "Echantillons de comparaison viso-tactile". 

 

→ Suite du cours sur le document à télécharger gratuitement

CONTENU DU PROGRAMME

 

GENERALITES :



1. INTRODUCTION
    1.1 Avantages de la construction métallique :
    1.2 Inconvénients

2. LE MATERIAU ACIER
    2.1 L’acier
    2.2 Les procédés d’élaboration de l’acier

3. PRINCIPAUX PRODUITS UTILISES COMME ELEMENTS DE STRUCTURE
    3.1 Produits laminés à chaud
    3.2 Produits formés à froid
    3.3 Produits dérivés des profils laminés et profils reconstitués soudés


4. CARACTERISTIQUES DES PROFILES

5. ESSAIS MECANIQUES :
    5.1 Essai de traction
    5.2 Essai de flexion par choc (essai de résilience)
    5.3 Essais de dureté
    5.4 Essai de pliage

6. DESIGNATION SYMBOLIQUE DES ACIERS

7. PROPRIETES DES ACIERS LAMINES

8. CRITERES DE CHOIX DES ACIERS EN CONSTRUCTION METALLIQUE
    8.1 Choix de la nuance
    8.2 Choix de la qualité

TERMINIOLOGIE :

1. BATIMENT EN PROFILS À AME PLEINE
2. STRUCTURE À TOITURE EN TREILLIS
3. DEFINITIONS

GENERALITES SUR LES CHARGES ET SURCHARGES REGLEMENTAIRES

1. ETATS LIMITES

2. ACTIONS

3. DISPOSITIONS DES CHARGES ET CAS DE CHARGES

4. COMBINAISONS D’ACTIONS
    4.1 Combinaisons d’actions aux E.L.U
    4.2 Combinaisons d’actions aux E.L.S

5. CHEMINEMENT DES CHARGES VERTICALES

6. CHEMINEMENT DES CHARGES HORIZONTALES
    6.1 Vent sur longpan
    6.2 Vent sur pignon

ACTIONS DU VENT SUR LES CONSTRUCTIONS COURANTES A BASE RECTANGULAIRE (METHODE SIMPLIFIEE)

1. CARACTERISTIQUES

2. PRESSIONS DYNAMIQUES

3. ACTION RESULTANTE SUR UNE PAROI

4. ACTIONS EXTERIEURES
    4.1 Parois verticales
    4.2 Toiture

5. ACTIONS INTERIEURES

6. ACTIONS LOCALES

7. ACTIONS D’ENSEMBLE

ACTIONS DE LA NEIGE SUR LES CONSTRUCTIONS

1. INTRODUCTION

2. CHARGE DE NEIGE SUR LE SOL

3. CHARGE DE NEIGE SUR LES TOITURES OU AUTRES SURFACES
    3.1 Facteurs influençant les valeurs de ?
    3.2 Cas de charge

ETUDE DES ELEMENTS FLECHIS

1. CHOIX ENTRE ANALYSE PLASTIQUE ET ANALYSE ELASTIQUE

2. CLASSIFICATION DES SECTIONS TRANSVERSALES

3. FLEXION SIMPLE ( M )

4. FLEXION SIMPLE ET EFFORT TRANCHANT ( M + V )

5. FLEXION COMPOSEE SEULE ( M + N )

6. MOMENT DE FLEXION, EFFORT TRANCHANT ET EFFORT AXIAL ( M + V + N )

7. FLEXION DEVIEE
    7.1 Calcul en élasticité (sections de classe 3)
    7.2 Calcul en plasticité (sections de classes 1 et 2)

LES PHENOMENES D’INSTABILITE ELASTIQUE

1. INTRODUCTION

2. FLAMBEMENT
    2.1 Flambement simple
    2.2 Flambement flexion (sans risque de déversement)

LES ASSEMBLAGES EN CONSTRUCTION METALLIQUE

1. INTRODUCTION

2. FONCTIONNEMENT DES ASSEMBLAGES
    2.1 Fonctionnement par obstacle
    2.2 Fonctionnement par adhérence des pièces assemblées
    2.3 Fonctionnement mixte

3 LES ASSEMBLAGES BOULONNES
    3.1 Composition
    3.2 Dimensionnement des boulons ordinaires
    3.3 Dimensionnement des boulons précontraints

4. PRECAUTIONS CONSTRUCTIVES

LES ASSEMBLAGES SOUDES

1. INTRODUCTION

2. PROCEDES DE SOUDAGE
    2.1 Procédé chimique au chalumeau oxyacéthylénique
    2.2 Procédés à l’arc électrique

3. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES
    3.1 Définitions de la gorge des cordons d’angle
    3.2 Soudures bout à bout
    3.3 Soudures d’angle
    3.4 Autres types de liaisons soudées

4. PRECAUTIONS CONSTRUCTIVES

5. CALCUL DES CORDONS DE SOUDURE
    5.1 Pré dimensionnement de la gorge
    5.2 Cordons frontaux
    5.3 Cordons latéraux
    5.4 Cordons obliques

PROTECTION ET ENTRETIEN

1. INTRODUCTION

2. PREPARATION DE LA SURFACE DE L'ACIER
    2.1 Propreté de surface
    2.2 Rugosité de surface
    2.3 Procédés de préparation de surface


3. REVÊTEMENT DES STRUCTURES PAR PEINTURE
    3.1 Choix du type de peinture
    3.2 Système de peinture
    3.3 Modes d'application des peintures

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ANNEXE I

ANNEXE II

Télécharger ce document

Les avis sur cet article
Rabe
Un document bien condensé.
Par

Rabe

- le 24 Mai 14h41
athena
très joli comme document simple et efficace, merci mon ami
Par

athena

- le 15 Avril 13h12
LOUZI
cours intéressant pour les étudiants et les débutants en C.M
Par

LOUZI

- le 27 Janvier 18h26
KARNA
Je n'arrive pas à télécharger le document svp envoyer le moi par email?karnayeo@yahoo.fr merci
Par

KARNA

- le 27 Aout 17h46
irobot
Salut! Je n'arrive pas à télécharger le document (chaque fois il échoue). Pouvez vous me l'envoyer par email?bossofdouala@yahoo.fr
Par

irobot

- le 16 Avril 07h45
qaraa
good
Par

qaraa

- le 27 Octobre 22h21
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis
Votre commentaire a bien été ajouté. Merci de votre participation !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.
Le formulaire n'est pas valide. Vérifiez le commentaire et le captcha.


Moteur de formation
Zoom ecole

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

16777652 messages 16778226 réponses